Document sans nom
 
 
 


 
 
 


<

« Cellulite »  La hantise des femmes

Secrètement cachée mais dévoilée avec réticence lors d’un bain, d’une baignade ou à l’occasion d’une visite médicale, elle, la cellulite. Beaucoup de femmes en souffrent à des degrés divers. Cette particularité bien féminine mérite bien que l’on étaye ses causes et ses solutions.

Cellulite ou plutôt lipodystrophie localisée est une altération du microcircuit au niveau du tissu adipeux sous-cutané. les parois des vaisseaux deviennent poreuses et laissent passer et sortir du liquide qui envahi tous les espaces entre les adipocytes (cellules graisseuses) faisant modifier leur fonction et ainsi se forme la cellulite.
Plusieurs théories ont été élaborées pour expliquer l’origine de la cellulite.
Mais Il est certains que la cellulite est un aspect due au sexe donc sous dépendance hormonale. Il est en effet très rare qu’un homme ait de la cellulite.
De même une étude sur certains hommes présentant un aspect cellulitique a fait apparaître une déficience en androgènes (hormones mâles). C’est donc l’absence d’hormones mâles qui est à l’origine de celle-ci.
A contrario un homme a qui on injecterait des hormones femelles développerait de la cellulite. On peut donc affirmer que le phénomène de la peau d’orange (cellulite) est sous l’influence hormonale.
A côté du facteur hormonal, il y a l’influence de l’âge, naturellement, la cinquantaine dépassée, nous trouverons plus de cellulite visible en toute position.

Le facteur génétique joue lui aussi un rôle prépondérant, puisque la mère transmet à sa fille une formule hormonale très précise.
Pour une femme qui aura de la cellulite sur le ventre, il sera très probable de que sa fille ait également des capitons à cet endroit.

Les autres facteurs sont :
la sédentarité, le type de vêtements portés et l’alimentation. Ils peuvent être des facteurs aggravants non à l’origine de la cellulite. En effet une nourriture très riche en sucres et en graisses accroît ce phénomène.

Pour certains, il peut s’agir d’un problème d’oedèmes ou de rétention d’eau, alors une diétothérapie de base (régime alimentaire) favorisant la diurèse sera la première
intervention thérapeutique, la seconde si la rétention s’avère importante sera l’éléctrolipolyse. Ceci va dans deux directions : la réduction du problème microcirculatoire et l’élimination de la rétention.

L’éléctrolipolyse est une technique qui dissout la cellulite et les amas adipeux et ce grâce à l’utilisation d’un courant électrique qui amorce le processus d’oxydation, c’est-à-dire la désagrégation métabolique de la graisse contenue dans les adipocytes.

Cette appellation provient donc du fait que la lipolyse (démolition métabolique des lipides) est induite électriquement. Cette méthode est née et s’est développée au début des années 80 par le DR Dang Vu Nguyen, responsable du centre d’électrophysiologie du centre hospitalier de Neuilly et maestro à l’académie internationale de chirurgie et médecine esthétique.

Après quinze ans d’études expérimentales et cliniques qui a rendu l’éléctrolipolyse de plus en plus spécifique et efficace, l’invention du DR Dang a obtenu récemment la reconnaissance officielle de la Food and Drug Administration.

C’est ainsi que s’est ouvert un nouveau chapitre dans la lutte contre les coussinets adipeux et la culotte de cheval (cellulite) grâce à une méthode très efficace.

Cette méthode consiste à introduire des aiguilles extrêmement fines dans la graisse ou, mettre en place des électrodes reliées à l’appareil de contrôle, on envoie un courant d’une fréquence, d’une intensité et d’une longueur d’onde bien spécifiques ; le champ électrique ainsi généré, permettra d’amorcer le processus de lipolyse.

Une étude Française multicentrique a été effectuée par le DR Bachelier sur 1211 patientes, l’âge variait entre 18 et 70 ans, avec une moyenne de 37 ans.

- la perte en centimètres :

. Cuisses : 4.04 cm en moyenne
. Genoux : 1.86 cm en moyenne
. Hanches : 6.39 cm en moyenne
. Taille : 5.49 cm en moyenne


- le niveau de satisfaction :

. Bons et très bons résultats : 70.2%
. Résultats modérés : 21.8 %
. Pas de résultats : 8%

Avec une mention particulière pour l’amélioration de la circulation des membres inférieures, les femmes signalaient également une amélioration constante de l’aspect cutané en regard des zones traitées (disparition de la peau d’orange).

 
 
   
 
Copyright © 2007 Dr Dembri Khalid Tous droits réservés